Question 45 : quels sont les facteurs de succès pour un programme d’investissement ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question 45 : quels sont les facteurs de succès pour un programme d’investissement ?

Message par Cécile M. le Mer 2 Mar - 14:34

INTRODUCTION

Pour perdurer toute entreprise doit faire face à nombre d’obstacles d’ordre concurrentiels, financiers et économiques, et pour accroitre sa performance, elle doit investir. Acte clé dans la vie d’une entreprise, l’investissement est donc déterminant dans le cycle de vie d’une entreprise et notamment pour l’avenir de l’entreprise. Mais comment garantir le succès d’un programme d’investissement ? Pour répondre à cette question, nous analyserons tout d’abord les différents choix d’investissement qui se posent aux entreprises, puis nous verrons quels sont les différents modes de financement à la main des entreprises pour réaliser ces investissements.
1- Les différents choix d’investissement : le dirigeant doit définir une stratégie d’investissement en déterminant 3 objectifs d’investissement : le plus rentable, le plus adapté à l’évolution du marché et enfin le plus adapté au renouvellement du matériel existant.
a. La recherche de rentabilité : on parle ici d’investissement de capacité ou d’expansion qui a pour but d’augmenter la capacité de production de l’entreprise en ajoutant par exemple des unités de production que ce soit d’un produit déjà existant (expansion quantitative) ou un nouveau produit (expansion qualitative). Point de vigilance : une augmentation de la production peut entraîner une augmentation des stocks, des créances clients et du coup un accroissement en besoin en fonds de roulement.
b. La recherche de nouveaux marchés : on parle ici d’investissement de modernisation ou de productivité. En effet, il s’agit d’augmenter la productivité en investissant dans des outils de production modernes et perfectionnés. C’est l’exemple de l’investissement d’un sous-traitant automobile par exemple pour le développement d’un nouveau prototype ou série. Les équipements sont parfois amortis en 5 à 7 ans et leur renouvellement se réalise par le recours à des technologies plus performantes ; lui permettant de garder sa position sur le marché voire sa position de leader.
c. La recherche d’amélioration technologique : en renouvelant son outil de production pour obsolescence, une entreprise réalisent un investissement de remplacement ou de renouvellement qui a pour but de maintenir l’activité mais cela n’empêche pas le recours à une technologie plus performante. Les nouveaux équipements sont à production égale moins onéreux que les précédents, notamment lorsqu’il s’agit de leur entretien ou de leur consommation.
2- Les différents choix de financement : une fois la stratégie définie, le dirigeant doit choisir comment il va financer son investissement. Le besoin de capitaux permanents peut être satisfait par plusieurs moyens : apport en capital des actionnaires (capitaux propres), autofinancement (épargne de l’entreprise), endettement bancaire.
a. L’augmentation de capital : on parle ici d’augmenter les capitaux propres de l’entreprise en faisant souscrire de nouvelles parts (SARL) ou actions (SA). Il s’agit là de demander aux actionnaires de participer au financement des investissements ou en faisant entrer de nouveaux actionnaires dans le capital de l’entreprise. Ce choix a l’avantage de renforcer la solvabilité de l’entreprise d’autant plus que l’entreprise ne peut dépasser un certain montant de recours à l’emprunt sans perdre la confiance des banques et des fournisseurs.
b. L’autofinancement (épargne de l’entreprise) : c’est le financement des investissements par des moyens internes à l’entreprise. L’avantage de ce choix est la disponibilité immédiate des fonds, mais l’inconvénient c’est que cela peut créer un déséquilibre car si on ponctionne dans les liquidités cela affecte le fonds de roulement de l’entreprise.
c. L’endettement : le recours à l’emprunt consiste à lever des capitaux sous forme de prêts auprès de tiers dont les banques. La durée de l’emprunt doit être en adéquation avec la durée de l’amortissement du bien acheté (en général l’emprunt est un peu plus court que celle-ci). L’emprunt peut être bancaire ou obligataire (réservé aux grandes entreprises). Point de vigilance : le niveau d’endettement existant et les taux d’intérêt.

En conclusion, investir c’est d’abord réfléchir à sa stratégie mais aussi savoir s’entourer de partenaires fiables que ce soit son banquier, son comptable. Au-delà du choix d’investissement : accroître sa rentabilité, conquérir de nouveaux marchés ou encore améliorer son outil de production ; il s’agit pour le dirigeant de faire un choix financier sain et durable (que se soit d’augmenter son capital, d’utiliser sa capacité de financement ou bien de s’endetter). Même si tout cela est prévu par le dirigeant, ce dernier ne pourra pas tout prévoir notamment les aléas extérieurs à son entreprise. Ainsi, les facteurs de succès d’un programme d’investissement relèvent de choix internes à l’entreprise mais aussi de la conjoncture externe. Cette dernière sera d’autant mieux appréhendée et anticipée que le succès sera au rendez-vous.

Cécile M.

Messages : 4
Date d'inscription : 18/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum