Question 32: Par quels moyens une entreprise peut-elle améliorer la renatbilité de ses fonds propres?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question 32: Par quels moyens une entreprise peut-elle améliorer la renatbilité de ses fonds propres?

Message par STUMPF Nathalie le Dim 20 Mar - 20:35

Question 32:
Par quels moyens une entreprise peut-elle améliorer la rentabilité de ses fonds propres?

La rentabilté des fonds propres se mesure par le rapport résultat net/capitaux propres. Les fonds propres sont les sommes mises à la disposition de l’entreprise au moment de sa création (son capital), mais aussi la richesse accumulée depuis grâce aux bénéfices réalisés.
La rentabilité de ces fonds propres (Return on equity) détermine la capacité de l’entreprise à rentabiliser les fonds engagés par les actionnaires et donc à les rémunérer.
Nous verrons dans une première partie les actions permettant d’améliorer la rentabilité économique puis l’impact des choix politiques du dirigeant.

I) Améliorer la rentabilité économique

a) Augmenter le résultat net
- en augmentant le chiffre d’affaires : en mettant une stratégie commerciale (prix à la hausse, quantités vendues,…)
- meilleure maîtrise des charges :
• réduire les charges de personnels, il s’agit du solde “autres charges et charges externe, en faisant appel à la sous traitance.
• Réduire les charges fixes et variables, agir sur les charges fixes en changeant de locaux aux loyers moins chers et pour les charges variables, il est possible d’agir sur l’achat des marchandises, tout en maintenant ou augmentant le chiffre d’affaires.

b) Répartition du résultat net :
Le résultat net traduit l’enrechissement ou l’appauvrissement de l’entreprise au cours de l’exercice.
Ce résultat net peut donc être distribué sous forme de dividendes ou/et augmenter ainsi le montant des capitaux propres de l’entreprise.

II) Choix politiques des dirigeants

a) Politique d’amortissement et d’investissement :
Utiliser au maximum les possibilities offertes par l’amortissement dégressif. A l’inverse, un nouvel investissement étant généralement moins consommateur d’entretien et technologiquement à la pointe.

a) Politique de financement
Il s’agit de comparer la rentabilité économique du nouvel investissement avec le coût d’opportunité des ressources empruntée et la rémunération attendue des actionnaires.
L’autofinancement lorsque l’entreprise en a les moyens permet de maîtriser ses charges financières lors du financement de son développement.
Dans certains cas, les sociétés maximisent au contraire l’endettement bancaire pour profiter d’un effet de levier. En effet, si le rendement économique attendu est plus important que le taux d’intérêt, l’endettement accentue la rentabilité des fonds propres. Dans ce cas, plus la dette est importante au regard des Fonds propres et plus l’effet de levier est important (ex LBO – sté holding qui rachète une filiale). Il y a cependant un risque de retournement avec une dégradation du rendement eco qui transformerait cette structure financière en « effet massue », l’ETE ne permettant plus de faire face aux frais financiers et exposant les sociétés à un risque de cessation de paiement.
Enfin, dans le cas des entreprises déjà lourdement endettées, l’appel aux actionnaires permet un rééquilibrage des masses de ressources propres et une amélioration du FDR afin de financer l’augmentation du BFRE qui en résulte sans détériorer son solde financier. Pour cela, il faut une politique de distribution attractive afin de convaincre ses actionnaires.

b) Politique de Distribution

Les actionnaires, en terme de rentabilité, voient souvent la rentabilité financière de leur « placement » uniquement au travers des dividendes. C’est le cas pour les grands groupes côtés qui se doivent de maintenir un actionnariat stable. Or tout résultat distribué est une partie d’épargne de l’entreprise « sacrifiée » pour son financement futur. Le fait de convaincre son actionnariat du bien fondé des investissements nécessaires pour son développement et sa compétitivité peut permettre à l’entreprise de prioriser un report du bénéfice et donc améliorer sa situation financière, on le voit dans les entreprises familiales où l’actionnaire est souvent plus solidaire du développement de la société. Si la rémunération des capitaux est un incontournable, il est judicieux d’adapter cette rémunération avec le stade de développement de l’entreprise et sa santé financière.

Au travers de leurs choix politiques, les dirigeants peuvent donc optimiser la rentabilité des capitaux propres à différents horizons (CT/ LT)

Conclusion: Grâce au ROE l’actionnaire connaît la rentabilité de son investissement. La gestion de ces capitaux propres est souvent le choix de gestion d’un chef d’entreprise qui va mener une politique en fonction de ses projets pour sa société. Les exigences de l’actionnaire sont différentes de celle d’un chef d’entreprise qui a donc l’obligation de trouver un juste équilibre entre ces différentes politiques.

STUMPF Nathalie

Messages : 3
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum